Les infections urinaires

30 Jul 2018 10:27
Tags

Back to list of posts

Cystite

7 causes principales des infections urinaires

L'infection urinaire peut toucher plusieurs organes du systeme urinaire (vessie, rein, uretre, prostate). Pour des raisons anatomiques, les femmes sont plus souvent touchees par ces infections qui proliferent au niveau de la vessie. Tres frequentes, les cystites se caracterisent pas des brulures lors des mictions et une frequente envie d'uriner. Le plus souvent causee par la bacterie Escherichia Coli, elles se traitent par des antibiotiques.

Sommaire

Qu'est-ce qu'une cystite ?

Causes et facteurs de risque des cystites

Les signes de l'infection urinaire

La consultation

Examens et analyses complementaires

Evolution de l'infection urinaire

Traitement des infections urinaires

Conseils pratiques et informations diverses

Qu'est-ce qu'une cystite ?

C'est l'infection - aigue ou chronique - d'un organe qui fait partie de l'appareil urinaire : la vessie (reservoir des urines), le rein (qui fabrique l'urine), l'uretre (canal situe sous la vessie qui permet l'evacuation des urines), ou la prostate (glande situee autour de l'uretre de l'homme).

Pour des raisons anatomiques, l'infection urinaire est plus frequente chez la femme (voir aussi le dossier cystite). En effet, chez la femme, le meat urinaire est proche de l'anus ou sont toujours presentes des bacteries. Ces bacteries peuvent remonter le long de l'uretre vers la vessie et proliferer dans l'urine.

Un defaut d'hygiene locale peut donc favoriser les infections urinaires de la femme.

L'homme est relativement protege des infections urinaires par la distance qui separe l'anus et son meat urinaire - orifice situe a l'extremite du gland - (la longueur de l'uretre masculin est en moyenne de 16 cm, alors que celle de l'uretre feminin est de 2 cm). L'infection urinaire est donc plus souvent chez lui la traduction d'une anomalie au niveau des voies urinaires, en particulier l'existence d'un adenome de la prostate (qui provoque une stase des urines dans la vessie).

Les bacteries (ou germes) responsables sont le plus souvent de la famille des enterobacteries (bacteries d'origine digestive) :

Escherichia coli (80 % des cas) ;

Proteus mirabilis (qui favorise les calculs) ;

Enterobacter, Citrobacter, etc.

Causes et facteurs de risque des cystites

Les urines constituent en effet un bon milieu de culture pour ces germes. L'organisme se defend contre l'infection urinaire par la vidange de la vessie : un apport d'eau suffisant pour assurer un bon debit urinaire est donc primordial.

INFECTION URINAIRE CHEZ LA FEMME

Chez la femme, l'infection urinaire est liee dans la majorite des cas a un manque de boissons.

Le fait de s'essuyer d'arriere vers l'avant apres etre allee a la selle favorise les infections en apportant des bacteries vers le meat urinaire.

Le fait de ne pas uriner juste apres les rapports sexuels (pour evacuer les bacteries qui sont entrees dans l'uretre) est un autre facteur important.

La constipation est un autre facteur favorisant, car la stagnation prolongee de matieres fecales dans le rectum est une source permanente d'infestation.

Plus rarement, l'infection urinaire est causee par une malformation de l'appareil urinaire (remontee des urines de la vessie vers le rein par exemple) ou gynecologique (brides de l'hymen).

INFECTION URINAIRE CHEZ L'HOMME

Chez l'homme, il est frequent qu'on ne retrouve aucune cause a l'infection urinaire.

Avant l'age de 50 ans, l'infection est souvent due a un rapport sexuel non protege.

Chez l'homme plus age, la cause la plus frequente est la presence d'une hypertrophie de la prostate (adenome prostatique) qui comprime l'uretre et engendre une stase de l'urine dans la vessie.

Tous les obstacles a l'ecoulement de l'urine sont des facteurs d'infection urinaire : compressions de la voie urinaire, calculs, maladie du col de la vessie, pathologie de la prostate chez l'homme, retrecissement de l'uretre, etc.

Enfin, certains dysfonctionnements neurologiques de la vessie, les infections des organes voisins (appareil gynecologique, anus) et toutes les manoeuvres intra-uretrales (sondes urinaires par exemple) sont des causes plus rares.

Pour en savoir plus, lire aussi notre article les causes de cystite.

Les signes de l'infection urinaire

Parfois, l'infection urinaire n'entraine aucun symptome, en particulier chez les personnes agees.

L'infection urinaire peut se traduire par une fievre isolee, sans aucun autre trouble, en particulier chez l'enfant ou chez les personnes agees.

Typiquement, l'infection de la vessie (cystite) se manifeste par des brulures pendant les mictions et des besoins frequents d'uriner. Les urines sont parfois troubles, hemorragiques et/ou malodorantes. Il existe souvent une douleur ou une pesanteur dans le petit bassin.

L'infection de l'uretre (uretrite) se manifeste de la meme facon que la cystite.

L'infection du rein (pyelonephrite) est responsable de signes generaux : fievre elevee a 39-40 degre, frissons, alteration de l'etat general. S'y associent des douleurs lombaires qui peuvent etre bilaterales. Parfois sont egalement presents les signes de la cystite.

L'infection de la prostate (prostatite) se traduit par des brulures en urinant, des besoins frequents et des faibles volumes urines. Existent egalement une fievre elevee, des frissons et parfois des signes grippaux (douleurs musculaires ou articulaires). Il peut exister un ecoulement de pus par le meat uretral. L'urine peut etre trouble et malodorante.

La consultation

L'interrogatoire note la presence de troubles mictionnels evocateurs, l'existence d'episodes anterieurs ou de pathologie(s) associee(s). L'examen recherche avant tout une fievre (pyelonephrite, prostatite). Il porte sur les fosses lombaires (douleur a la palpation renale en cas de pyelonephrite), le toucher rectal chez l'homme (prostate douloureuse et inflammatoire en cas de prostatite) et l'examen gynecologique chez la femme (brides de l'hymen? Infection?). En cas de prostatite, il faut rechercher un globe (blocage complet de la vessie) par la palpation abdominale.

Examens et analyses complementaires

La bandelette urinaire (disponible en pharmacie) oriente le diagnostic en une minute : elle revele la presence de polynucleaires neutrophiles (globules blancs) et de nitrites.

L'examen cytobacteriologique des urines (ECBU) confirme le diagnostic en identifiant la bacterie dont la sensibilite a plusieurs antibiotiques est testee (antibiogramme). Infection urinaire traitement depend des conditions de recueil.

Lorsque l'on craint une septicemie (passage de la bacterie dans le sang), un prelevement sanguin est egalement realise.

Lorsqu'il s'agit d'une pyelonephrite aigue, on peut etre amene a realiser un bilan radiologique (radio de l'abdomen, echographie renale) a la recherche d'une cause favorisante (calcul par exemple).

En cas d' Soigner cystite , un bilan radiologique plus approfondi est necessaire afin d'eliminer une malformation anatomique favorisante.

Evolution de l'infection urinaire

hqdefault.jpg

L'infection urinaire fait courir de nombreux risques.

Les infections urinaires basses (cystite, uretrite) peuvent, en cas de retard therapeutique, evoluer vers une infection urinaire haute, c'est-a-dire touchant le rein (pyelonephrite).

Toute infection urinaire avec fievre (pyelonephrite, prostatite) peut se compliquer de septicemie (passage de germes dans la circulation sanguine), avec un risque de choc septique (defaillance des organes vitaux) qui necessite une prise en charge en reanimation.

L'infection peut provoquer un abces du rein voire sa destruction.

Ces infections sont d'autant plus graves que le patient est fragile (diabete, deficit immunitaire, age avanceā€¦).

Le risque ultime est l'insuffisance renale terminale dont le traitement est l'hemodialyse (rein artificiel) voire la greffe renale.

La prostatite possede des complications particulieres qui sont la retention aigue d'urine (blocage complet de la vessie) et la dissemination de l'infection aux testicules (orchite).

En cas de grossesse, toute infection urinaire est dangereuse pour la mere mais egalement pour le foetus. Il y a un risque d'accouchement premature.

Traitement des infections urinaires

Le traitement de l'infection urinaire repose sur l'antibiotherapie, la majoration des boissons et le traitement des facteurs favorisants.

En cas de cystite simple ou d'uretrite (infection urinaire basse isolee non recidivante) :

Soit un antiseptique urinaire pendant 10 jours ;

Soit un traitement antibiotique court sur 3 jours : antibiotiques de la familles des penicillines ou des quinolones ;

Soit un traitement monodose en prise unique. Cette dose unique est efficace sur la majorite des germes impliques dans les cystites aigues.

En cas de pyelonephrite aigue ou de prostatite aigue, il est habituel de prescrire des antibiotiques pendant 2 a 3 semaines. L'antibiotherapie doit etre adaptee aux resultats de l'antibiogramme.

En cas de fievre importante, d'alteration de l'etat general ou de complication (septicemie, abces renal), une hospitalisation est necessaire pour surveillance medicale intensive. Une double antibiotherapie est souvent prescrite par voie intraveineuse les 2 ou 3 premiers jours, avant de relayer par des comprimes.

Dans le cas d'une pyelonephrite par obstacle (rein obstrue par un calcul par exemple), une intervention de drainage est indiquee en urgence afin de sauver la vitalite du rein. Celle-ci est realisee par les voies naturelles le plus souvent.

Un ECBU de controle pratique 2 jours apres l'arret des antibiotiques verifie l'efficacite du traitement.

En dehors des cas ou une intervention de drainage du rein s'impose et ou le patient doit rester a jeun, il faut toujours boire abondamment pour assurer un bon lavage de la vessie.

infection urinaire remède plus, lire aussi notre dossier consacre aux traitements des infections urinaires ou l'article Comment soigner une cystite ?

Conseils pratiques et informations diverses

Comme de multiples facteurs interviennent pour faciliter la contamination de la vessie, de simples conseils hygieniques suffisent souvent a faire disparaitre les cystites chez la femme en periode d'activite sexuelle :

Boire plus de 1,5 litres par jour ;

Effectuer des mictions completes en etant detendue ;

Pratiquer une toilette vulvaire au savon ;

Effectuer une bonne toilette apres les selles ;

Lutter contre la constipation ;

S'essuyer avec le papier hygienique en allant d'avant vers l'arriere ;

Eviter les toilettes perineales trop energiques ;

Uriner immediatement apres les rapports sexuels ;

Eviter les pantalons serres et les sous-vetements en fibres synthetiques qui favorisent la transpiration et la multiplication des germes.

En cas d'echec de ces mesures, le medecin peut etre amene a proposer un traitement au long cours fait de petites doses d'antibiotiques prises en discontinu.

Comments: 0

Add a New Comment

Unless otherwise stated, the content of this page is licensed under Creative Commons Attribution-ShareAlike 3.0 License